• Joris

Comprendre la motivation au travail

Voilà trois semaines que vous avez repris le chemin du bureau, et malgré cette pause estivale tant attendue, vous ne parvenez pas à retrouver la motivation de vos débuts. Vous vous demandez certainement ce qui ne tourne pas rond chez vous... Eternel(le) insatisfait(e), crise de la [20-30-40-50]aine, questionnement existentiel ?

Arrêtons-nous un instant sur la motivation au travail et ses composantes, notamment en nous appuyant sur les travaux d'E. Deci et R. Ryan (théorie de l'autodétermination).

J'espère que ces quelques lignes vous aideront à identifier ce qui vous manque et entreprendre des actions pour gagner en énergie au quotidien. Egalement, j'essaie ici de faire le lien entre motivation et plaisir au travail : cette expression est souvent associée au développement personnel et au coaching de vie, alors qu'elle est au centre de la performance !


Jetez-vous à l'eau
Plongée dans les arcanes de la motivation


Où se situe votre motivation ?


Je vous propose de vous positionner sur une échelle à 6 étages en répondant à la question : dans votre travail, lorsque vous faites ce que vous faites, pour quelle raison principale le faites-vous ?

  1. Est-ce par obéissance (à un ordre, à quelqu'un, à une autorité) ?

  2. Est-ce parce que vous l'avez consenti à une ou plusieurs conditions (salaire, horaires, lieu de travail...) ?

  3. Est-ce par sens du devoir (il faut le faire pour quelqu'un ou quelque chose) ?

  4. Est-ce par que c'est important selon vous (cela a du sens) ?

  5. Est-ce parce que c'est aligné avec vos objectifs de vie personnels ?

  6. Est-ce parce que cela vous plait et vous ressentez de la joie lorsque vous le faites ?

Alors ?

Si vous avez réussi à vous positionner sur cette échelle, je vous propose de poursuivre.

Sinon, prenez le temps d'y réfléchir...


Homme à contre-jour devant son ordinateur
Pourquoi je fais ça ?

Deux types de motivations


Il existe deux catégories de motivation qui n'ont pas les mêmes conséquences.

Les trois premiers étages de l'échelle ci-dessus (obéissance, condition, devoir) font partie de la motivation extrinsèque : vous êtes motivé parce qu'une autorité extérieure vous incite à faire ce que vous faites. Même si c'est plus ou moins marqué en fonction de l'étage choisi, vous finirez toujours par ressentir un état de mal-être à un moment donné.

En revanche, les trois étage suivants (sens, alignement, joie) constituent la motivation intrinsèque : c'est quelque chose qui se trouve en vous qui vous pousse à faire ce que vous faites (vos valeurs, vos objectifs personnels, vos émotions). Dans ce cas, la conséquence sera plus positive et durable : c'est ici que ce situe l'épanouissement professionnel.



Comment retrouver la motivation ?


Rien que le fait d'avoir pris conscience de l'endroit où se situe votre motivation est déjà un premier pas. Comme souvent en coaching, il s'agit déjà d'identifier, nommer et accepter la situation. Il faut ensuite agir dans le bon ordre pour l'améliorer...

Nous allons donc gravir cette échelle, pas à pas, pour passer d'un état de mal-être à l'épanouissement professionnel.


Commencer par (re)trouver du sens

Vous voulez savoir ce qui est important pour vous dans votre contexte professionnel et identifier ce qui, dans votre quotidien, y contribue ? Il s'agit de commencer par un travail sur vos valeurs personnelles (l'approche ACT que j'utilise souvent en coaching est une boite à outils puissante pour cela) pour définir ce qui vous anime et a du sens pour vous.


Satisfaire vos besoins et objectifs personnels

Chacun d'entre nous est animé par trois besoins psychologiques fondamentaux : se sentir autonome, se sentir compétent et appartenir à un ensemble (équipe, groupe, système, collectif...). Dans votre travail, à quel point ces trois besoins sont-ils satisfaits ?

Une fois que vous aurez répondu à cette question : je vous propose de poser des objectifs et actions à accomplir pour satisfaire davantage ces besoins dans votre quotidien. Vous verrez alors votre motivation passer à l'avant-dernier étage de l'échelle : celui de l'alignement et de la cohérence avec vos objectifs de vie (plus facile à dire qu'à faire, je vous l'accorde !).

C'est en cela que je parle souvent du coaching comme une contribution à la réalisation de projets de vie !


Have fun!

Enfin, le degré de motivation maximal s'atteint lorsque vous prenez du plaisir dans votre travail. Qui n'a jamais observé les capacités incroyables que peut démontrer une personne ou une équipe qui s'amuse et ressent de la joie dans ce qu'elle fait ?

C'est aussi simple que cela : faites parler l'Enfant qui est en vous pour exprimer spontanément ce que vous n'aimez pas, mais aussi et surtout, ce que vous aimez dans votre travail. En invitant au lâcher prise, le coaching vous aide aussi à accéder plus facilement à vos émotions, y compris les plus joyeuses 😂



"Ce n'est vraiment pas la priorité du moment !"


Vous avez certainement des objectifs ambitieux pour cette année : améliorer votre niveau de motivation n'est ni plus ni moins qu'une action cruciale pour mettre les moyens en face de vos ambitions.

Si vous restez (ou laissez vos collaborateurs) dans un étage de motivation extrinsèque, vous finirez forcément par ressentir du mal-être : multipliez cela par le nombre de collaborateurs de votre entreprise, et vous verrez se former sous vos yeux un environnement contrôlant, rigide et incapable d'aller de l'avant.

A l'inverse, en développant votre motivation intrinsèque, vous contribuez à votre épanouissement professionnel (ou celui de vos collaborateurs) : même opération mathématique... au plus vous travaillez ce sujet au sein de l'entreprise, au plus vous contribuez à construire un environnement facilitant et dynamique, propice à l'atteinte d'une performance durable.


A vous de jouer ! 👍



Groupe en contre-jour au sommet d'une montagne
Motivés et au sommet

Je remercie l'équipe du DU Executive Coaching de CY Cergy Paris Université, et notamment Olivier Piazza, pour m'avoir fait découvrir le continuum d'autodétermination de Deci et Ryan. J'espère avoir réussi à m'en inspirer de façon simple, mais non dénaturée, pour cet article.